Avec le coronavirus, « tout s’est arrêté d’un coup » : l’Afrique pleure ses touristes disparus